AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | .
 

 [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Admin Suprême
(du forum & du CHMI)

Admin Suprême (du forum & du CHMI)

Messages : 347

MessageSujet: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Jeu 5 Sep - 8:23

[Suite de ce RP]

Le couloir des dortoirs, la bibliothèque, l'escalier de secours puis le parc, visiblement la proie avait choisi l'ombre protectrice pour destination. A ses trousses le directeur de l'établissement, qui semblait trouver dans la situation bien plus de plaisir et d'amusement que ce qu'il devrait, traversait le parc avec une aisance impressionnante pour un homme de son âge.

Son secret ? Le jogging. Tous les jours minimum 20 minutes, pour entretenir son corps de rêve. Jake est légèrement obsédé par l'image qu'il renvoie aux autres et par l'idée de perfection. Il doit être parfait. Il doit être envié. Il doit être aimé. Même par les êtres les plus abjects et les plus vils. Ou au moins haï, car l'amour et la haine sont les deux tranchants d'une même lame.

Bref, Jake courait derrière Adélaïde qui encore une fois faisait des siennes. Intenable cette enfant ! Enfin, elle s'arrêtait près d'un chêne. Cela n'annonçait rien de bon. Dans la chasse, le gibier fuit toujours jusqu'à ce qu'il meure. Ou alors, seule exception, une fois blessé il charge pour tenter de battre son adversaire. Et un sanglier qui charge, c'est pas ce qu'il y a de plus tendre. Adélaïde promettait donc de se transformer sous peu en petit marcassin.

Rapidement, il envoya un message groupé à ses équipes pour solliciter la participation de l'un d'entre eux dans le Parc afin de maîtriser la demoiselle. Celle-ci allait définitivement séjourner au fort. Enfin, il s'approcha d'elle, l'air calme et déterminé.


"Pourquoi luttes-tu, Adélaïde ? Tu sais que tu ne sortiras pas d'ici. Pourquoi plutôt ne pas faire d'esclandre et passer un agréable séjour ?"

Il n'était pas sûr qu'il la calmerait avec des mots mais ! On ne sait jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Membres
Membres

Messages : 58

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Jeu 5 Sep - 17:30

Il arrive, je l'entends. J'entends aussi ses doigts. Ils tapotent ce petit télégraphe, cette invention soviétique que les schleus se sont approprié. On doit se battre en ce moment à Stalingrad. Je déteste sa petite machine. En plus il semble qu'elle fasse aussi, comme... Une radio. Je vais lui arracher. L'écraser sous mon talon. Dès que je pourrai le choper dans sa poche.

Il me parle et je sens ma mâchoire se crisper. Pourquoi je lutte ? Quel imbécile. Je sais ce qu'ils font à mon peuple. Ne pas faire d'esclandre ? Il rêve. Ils ne me lâcheront pas, ils ont besoin de moi. Mais moi, il faut que j'envoie ces informations à Londres.

Je vais le tuer. Une chaussure dans chaque main, talon en avant, pas moyen d'y échapper. Je me jette sur lui, je frappe, à l'aveuglette. Vaguement en direction de sa tête. Je suis furie. Je vengerai les miens. Je les vengerai.


- Crève ! Crève !


Mon nouveau leitmotiv.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin Suprême
(du forum & du CHMI)

Admin Suprême (du forum & du CHMI)

Messages : 347

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Ven 6 Sep - 19:50

Nom de Dieu de putain de bordel de merde ! Mais elle avait pas fini, oui ?! A peine Jake s'était-il approché de l'arbre où il savait qu'Adélaïde se cachait qu'il était attaqué par une paire de talons aiguilles enragée. Réagissant par réflexe, il parvint à éviter une majorité des coups mais en reçut tout de même deux au visage, dont l'un lui laisserait probablement un bon bleu sur la pommette.

Il lui semblait lui avoir saisi une main, mais aussitôt elle s'était échappée et recommençait à frapper, à l'aveugle, furieuse, muée par une force presque surhumaine qui s'intensifiait à mesure que ses cris résonnaient. Enfin, faisant preuve d'une violence peut-être légèrement supérieure à ce qui était nécessaire, il parvint à l'immobiliser à base de clefs de bras.

Maintenue contre l'arbre le plus proche, Adélaïde avait les deux bras tordus dans le dos et maintenus dans une des mains du docteur, l'autre main étant ancrée sur sa nuque, pour l'empêcher d'une part de se la briser si ses convulsions désordonnées reprenaient, et d'autre part pour l'immobiliser un peu, joue contre le tronc.


"Tu sais quoi ? Tu l'as gagné ton aller simple pour le fort d'isolement."

Si elle se débattait encore, il allait avoir besoin qu'on lui prête main forte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Membres
Membres

Messages : 58

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Lun 9 Sep - 6:01

Le fort d'isolement. C'est un endroit que je ne connais pas. Pas encore. Je n'ai pas pu en dessiner les plans. Ah l'imbécile ! Cet idiot va me servir en croyant me punir ! Cela dit, si je suis mise à l'isolement... Je ne pourrais pas visiter les lieux. C'est moi l'idiote, en fin de compte.

Il ne faut pas que j'aille au fort. Ils vont m'enfermer. Me torturer. Me priver de nourriture. Pour que j'avoue. Je n'avouerai jamais. JAMAIS. Je sais ce qu'ils ont fait. Je sais que dans leurs parties secrètes, ils mettent au point de nouveaux gaz pour tuer encore plus de Juifs.

Mais qu'est-ce que je peux faire pour m'échapper ? Je suis coincée, entre le tronc et lui. Il me fait mal. La force ne fonctionnera pas. Alors... La ruse ? Il n'y a rien que je puisse dire qui le fera me lâcher, puisqu'il semble décidé à résister à mes charmes...

Oh, l'idée est là !


- Sois maudit !

Et, malgré sa main appuyée contre ma nuque, je réussis à reculer un peu ma tête... Juste assez pour que mon élan + la pression exercée par lui me permettent de venir me fracasser la tronche contre le chêne. Je saigne du nez.

- Putain de merde...

Et je profite de l'effet de surprise pour me tortiller. Juste assez pour qu'un de mes boutons se coince entre deux aspérités du tronc. Gagné, il est coincé, ma chemise s'ouvre sur trois boutons. Tandis qu'en bas, je lève une jambe pour faire remonter ma jupe, qui se coince aussi contre l'arbre. Et mes bas se filent. Merde. Les risques du métier...

Prévoyant que les renforts ne devaient pas être loin, j'en profite pour hurler :


- A L'AAAAAAIDE !


Et, selon toute vraisemblance, les apparences parleront d'elles-mêmes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 15

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Mar 10 Sep - 14:51


Ses doigts se prirent dans les boucles bleues et le geste nerveux fut stoppé net.  Jeanne couina en tentant de dégager l'élastique afin de secouer sa chevelure qui pour quelques minutes lui donnerait un aspect de lionne sous acide. Détacher ses cheveux était pour elle si synonyme de liberté qu'elle ne supportait pas de les conserver attachés dès l'instant où elle quittait son travail. Comme elle n'envisageait aucune activité sérieuse sans les avoir relevés au dessus de son visage.

Et le souffle frais qui vint gonfler sa coiffure aléatoire confirma cette sensation, elle avait fini. Sa première demi-journée n'avait pas été particulièrement éreintante mais elle avait hâte de rejoindre ses quartiers et de faire le point sur sa nouvelle situation.
Ses pieds s'enfoncèrent dans l'herbe grasse, gorgée d'humidité des pelouses. Devant elle se dressaient quelques arbres qui de loin en loin se serraient de plus en plus, comme pour comploter. Oh ! Son introspection pourrait attendre, explorer était bien plus excitant et la peur la prit que quelqu'un ne se charge tôt ou tard de lui faire visiter. Ou comment gâcher toute la magie d'un lieu.
Qu'y avait-il un peu plus loin ?

L'air marin, grisant, rosissait ses pommettes et d'un pas rapide, Jeanne parcourait le parc qui côtoyait l’hôpital. Dans les zones les plus sombres, la terre boueuse tentait de retenir ses bottines de cuir noir et il lui faudrait en nettoyer les fines dentelles en rentrant. Elle avait peu le soucis de ce qui pouvait être lavé et tant qu'elle n'irait pas se frotter aux ronces, elle n'avait pas à craindre d'accroc dans sa robe et continuerait à galoper gaiement entre les arbres, toute occupée à ses pensées.

Hélas, les lieux n'étaient pas déserts et un cri retentit soudain, à peu de distance. Une voix de femme, forte, parvint à Jeanne à travers les futaies.

A L'AAAAAAIDE !


Se précipiter était une évidence et Jeanne se rua vers l'origine de l'appel. D'un naturel confiant et enjoué, l'idée de l’effleura pas que dans un asile, il faudrait peut-être se méfier.
Zigzaguant un petit peu au hasard entre les troncs, elle jura quand une branche fila son collant (celui avec les dentelles florales, son préféré) mais grimpa sans s'arrêter la proéminence derrière laquelle le cri avait retentit. Surgissant sommet, elle s'arrêta net.

A quelques mètres d'elle, au bas d'une pente douce un homme maintenait fermement une jeune femme contre un arbre. Un frisson de terreur parcouru son corps. Elle avait toujours eu trop d'empathie et à cette instant elle se sentit elle-même acculée, le visage pressé contre l’écorce sombre.
C'est à peine si elle formula clairement en pensée les détails de la scène. Le sang qui s'écoulait doucement, écarlate, sur le chemisier entrouvert de la jeune femme, sa poitrine qui palpitait, ses yeux fous, ses poings serrés, les jointures blanchies à serrer trop fort une paire d'escarpins.
Une partie des deux protagonistes lui était caché par l'arbre mais quand bien même elle aurait pris le temps d'observer en détail l'homme, elle n'aurait certainement pas trouvé intrigante sa haute stature, son visage aux traits réguliers et sa tenue sobre et bien coupée.

Des années qu'elle ne s'était pas battue. Après une enfance bagarreuse à être la terreur des garçons et de leurs bijoux de famille, sa dernière bataille au seuil de l'adolescence, avec ce garçon qui avait été son ami et l'avait laissée le bras et le cœur brisés, avait fait d'elle une jeune fille calme et jouant plus volontiers de sa langue que de ses poings. Ces stupides mâles étaient devenus bien trop gros pour elle.

Mais voilà, il n'y eu pas une seule pensée dans son esprit fou de rage et de terreur à l'instant où elle s'élança vers l'homme. Le dégoût qui coulait comme un feu dans ses veines ne laissait aucune place à l'inquiétude ou au remord.
Dévalant la pente de quelques bonds sans prendre garde aux racines et aux branchages, sans proférer un son, elle se jeta sur l'agresseur, ses petites mains se rivant sur les larges épaules. Elle n'avait pas de force mais son bon poids et son élan feraient le reste. Elle bascula.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Membres
Membres

Messages : 188

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Mar 10 Sep - 18:18

Le docteur se baladait dans les arbres quand Adélaïde vint percer le silence feutré des feuilles qui tombaient lors de ses nombreux passages entre les branches. Pourquoi était-il dans les arbres ? Il ne savait pas, il voulait simplement voir de la verdure et échapper à l'incessante destruction de son corps. En effet, depuis qu'Isaac avait ingéré le psychotrope, il vivait toujours le même cauchemar, il voyait sa propre enveloppe se détruire de l'intérieur, il sentait l'odeur de décomposition, il voyait ses organes pourrir, il voyait son corps se liquéfier, c'était absolument horrible.

Malgré sa résistance psychologique, il se réveillait en sueur et en pleurs, peut-être à cause de la larve, il ne savait pas. Tout ce qu'il savait c'est que son contrôle croissait et qu'il pourrait mettre son plan à exécution dans quelques séances au psychotrope. Néanmoins, il avait un mal de tête lancinant qu'il ne pouvait fuir, il n'était certes pas intense mais était constant et n'en pouvait plus d'avoir cette difficulté à prendre des décisions. Si la princesse en profitait pour agir il ne pourrait pas faire grand chose face à elle et subirait l'attaque de plein fouet.

Lorsque le docteur décida de descendre de son arbre, il sauta une branche et vit une sorte de spectre entouré de noir lui foncer dessus, ses yeux s'écarquillèrent et il tenta de l'esquiver,  il rata alors sa prise, la vision disparut et il s'écrasa violemment contre le sol. Le souffle court, le dos en compote, il mit du temps à se relever, sa tête tournait ... Il tituba légèrement avant de s'appuyer contre un arbre en tenant son dos. Il avait très mal ... Il avait l'impression de divaguer totalement et n'en pouvait plus de ces effets indésirables.

*Saloperie de Croquemitaine à la con !*

Il se frotta le front. Il s'était prit une branche dans sa chute et avait une nouvelle fois le droit à une entaille qui marquerait sa peau pour une semaine au moins ... Comment paraître sain d'esprit si on se blessait à tout va ? Bref, Isaac prit le temps de se remettre de cet accident en se dirigeant vers la source du cri, il se camoufla derrière un arbre et observa une petite femme foncer sur Jake Hill. Mais que se passait-il ici ?

*Qu'est-ce qu'ils font ?*

_________________


Pourquoi se poser des questions sur les êtres humains quand 7 milliards d'échantillons perdent leur temps sur cette planète ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin Suprême
(du forum & du CHMI)

Admin Suprême (du forum & du CHMI)

Messages : 347

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Mar 10 Sep - 19:18

Alors que le directeur était enfin persuadé d'avoir bien attrapé sa proie et de pouvoir l'embarquer bientôt au fort d'isolement, voilà que les choses commençaient à se compliquer. De que... QUOI ? Adélaïde venait littéralement de s'exploser le nez contre le tronc ! Mais pourquoi gigottait-elle ainsi ? Ca n'avait l'air ni pratique, ni très intelligent. Et en plus, maintenant, elle saignait.

D'ailleurs, outre le nez, elle s'abîmait visiblement vêtements et peau. Les chaussures étaient déjà par terre, le collant était filé et la blouse semblait avoir quelques boutons aux abonnés absents en plus des petites taches de sang. Tant pis pour elle. Allant au fort d'Isolement, elle n'aurait pas à se changer avant un certain temps. Sauf s'il lui trouvait une autre blouse ou robe règlementaire à se mettre sur le dos le temps de son internement.

Toujours est-il que le bon et ô combien gentil docteur, préoccupé par ces dispositions pratiques et logistiques, ne vit qu'au dernier moment débouler cette espèce de furie aux cheveux bleus qui lui sauta dessus et le fit chuter sous l'effet combiné de son poids et de sa vitesse.


"Mais QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE BORDEL ??"

Il arrivait rarement à Jake d'être vulgaire, mais quand c'était le cas, il était recommandé à tous de trouver un refuge et d'y rester jusqu'à ce que la tempête passe. Or, se faire plaquer dans la terre par une personne inconnue en pleine intervention de force faisait exactement partie des évènements qui mettaient Jake hors de lui. Il n'avait donc pas attendu d'être libéré de sa geôlière pour pousser sa gueulante.

Et puis c'était qui, elle d'abord ? Son visage lui était vaguement familier mais son esprit était trop occupé par l'idée d'enfermer Adélaïde pour être tranquille qu'il était incapable de se souvenir du nom de la tornade aux cheveux bleus. D'ailleurs, où s'était-elle carapatée, celle-là ?

Il lança un regard furieux à celle qui l'avait fait tomber. Tant pis pour les bonnes manières et les présentations. Et tant pis pour le respect d'autrui.


"Pouvez pas faire attention, espèce d'abrutie finie ?!! A cause de vous l'autre folle m'a échappé !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Membres
Membres

Messages : 58

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Lun 16 Sep - 12:33

Bingo. Je n'ai même pas le temps de regarder qui m'a sauvé. Je prends mes jambes à mon cou. Je cours, je cours encore, et je l'entends hurler derrière moi. Il est en colère. J'avance encore. Et je traverse les sous-bois, et la route vers le fort d'isolement, jusqu'au cimetière. Je ne m'y engage pas. Je n'aime pas les cimetières. Ça me rappelle tous mes frères et toutes mes soeurs qui n'ont pas eu le droit à une sépulture décente, réduits en cendres.

Je m'enfonce à nouveau dans les bois. Un arbre. Un grand arbre avec des branches basses. J'y grimpe. Et je m'assieds, bien à l'abri grâce au feuillage. J'attends.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Membres
Membres

Messages : 188

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Lun 16 Sep - 18:25

*Hum ... Comme par hasard ... Cette saloperie de menteuse s'est enfuie, je m'en suis douté, ce n'est qu'un peureuse pleurnicharde, elle m'énerve.*

Lorsque Adélaïde s'enfuie, Isaac sourit et la suivit dans les bois, doucement, car sa chute lui avait fait mal, mais il ne la perdait pas de vue, elle était trop paniquée pour passer par des chemins qui auraient pu le perdre. Mais même si elle avait fait ça, cela n'aurait rien changé, il connaissait ces bois comme sa poche, il avait passé un quart de sa vie ici, à détruire des gens de l'intérieur, les pousser vers le gouffre qui se trouvait derrière leur fausse folie.

*Petit petite petite ... Tu connaîtras le fort tôt ou tard ... Et moi je veux que ce soit tôt ...*

Le docteur avança furtivement entre les arbres, discret, fluide et sans bavures, comme le scalpel du chirurgien pénétrant dans la chair.

*Tiens, elle va vers le fort, au moins Jake n'aura pas de mal à l'y emmener*


Il la vit monter à un arbre, qu'elle croyait probablement sûr ... Mais pas assez pour le sadique qui arrivait à son pied.


"Adélaaaaaïïïde !"

_________________


Pourquoi se poser des questions sur les êtres humains quand 7 milliards d'échantillons perdent leur temps sur cette planète ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 15

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Lun 16 Sep - 19:42


Durant une éternité-seconde le ciel blanc se mélangea à un tourbillon de feuillage. Il y eut des mouvements, de l'air et des feuilles dans ses cheveux.

Et enfin, le fracas et le silence. Ses yeux remplit de sombre, ses doigts froissant un textile doux, le vent froid sur ses cuisses et contre son corps une chaleur moite et le mouvement d'une cage thoracique. Une éternité-seconde de contact.
Et de nouveau l'explosion.

« Mais QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE BORDEL ?? »

Une voix de stentor. De stentor en furie. Le grand corps gronda sous le sien et sans savoir ce qui du dégoût , de la gène ou d'un mouvement de l'homme pour se libérer la repoussa, elle bascula sur le côté.
De l'élan, de l'humus, le ciel et l'humus de nouveau.

D'abord retourner son regard vers lui. Furieux. Grand. Des traits réguliers, des lunettes décalées par la chute, des épaules larges et une poitrine qui se soulevait rapidement. Mais la colère chassait la peur. Elle serait féroce à défaut d'être forte.

« Pouvez pas faire attention, espèce d'abrutie finie ?!! A cause de vous l'autre folle m'a échappé ! »

L'assurance s'envola et la colère grandit. Le doute s'installa comme les mots coulaient acides mais la colère crut. Ses yeux restèrent fixé dans l'insupportable bleu des pupilles de son interlocuteur. C'était inattendu. La rage c'était attendu. Mais c'était elle l'abrutie ? Et l'autre folle ?
Le mot réveilla dans son esprit l'idée que des fous dans un asile c'était plutôt compréhensible. Mais ce n'était pas le problème, n'est ce pas. Elle continuait à le fixer, estomaquée. Que dit-on à un violeur. Enfin, un ex-futur-violeur ?
La jeune femme avait couru, disparu.
Un mot franchit ses lèvres, froidement.

« Heureusement. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin Suprême
(du forum & du CHMI)

Admin Suprême (du forum & du CHMI)

Messages : 347

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Mar 17 Sep - 9:47

"Heureusement."

Jake manqua de s'étouffer. Prendrait-il la peine de répondre à cette inconnue qui, visiblement, faisait partie d'un lot de patients nouvellement arrivés ? Pas le temps. Il se saisit de son téléphone de service, appuya sur la touche d'appel rapide vers le contact de Josh, le chef du service de la Sécurité.


"Malade en fuite vers le Fort d'Isolement. Adélaïde Duval. Extrêmement violente et dangereuse ; n'a pas peur de mourir pour sa prétendue cause. Souci ici à régler, je te rejoins dès que c'est fait."

Puis, il composa le numéro de sa secrétaire, Ellanora. Cette furie aux cheveux bleus devait absolument être prise en charge au plus vite ; c'était pas le moment d'avoir de nouveaux malades véhéments dans les pattes. A peine sa sécretaire eut-elle décroché qu'il lui donna ses ordre.

"Arrête tout ce que tu es en train de faire. J'ai une patiente aux cheveux bleus dans le parc. Trouve-moi en vitesse qui c'est et de quoi elle souffre et viens la chercher avec un infirmier pour l'emmener dans le dortoir. TOUT DE SUITE !"

Et il raccrocha. Ellanora le rappellerait lorsqu'elle aurait les informations. L'urgence voulait qu'il se précipite au Fort d'Isolement, qui demandait nettement plus à être protégé, surtout d'une délirante paranoïaque comme cette pseudo-juive à tendances kamikazes.

Mais d'un autre côté, sa conscience professionnelle lui interdisait d'abandonner la petite aux cheveux bleus qui elle aussi pouvait bien être hautement dangereuse et source de troubles sur l'île.

Vraiment, cette journée s'annonçait mouvementée !


[HRP : Ellanora Stone tu peux poster à la suite pour indiquer ce que tu trouves depuis le bureau suite à mon appel, etc Wink]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Secrétaire du Dr. Hill
Secrétaire du Dr. Hill

Messages : 18

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Mar 17 Sep - 13:34

Un café liégeois à la main, Ellanora établissait la liste des cafés du docteur. Et oui il en fallait un différent par jour et jamais dans le même ordre la même semaine, sinon le pauvre finirait par se lasser. Quand elle eut finit cette simple tâche, la jeune femme allait trier le courrier pour son patron, lorsque don téléphone portable se mit à sonner.




Arrête tout ce que tu es en train de faire. J'ai une patiente aux cheveux bleus dans le parc. Trouve-moi en vitesse qui c'est et de quoi elle souffre et viens la chercher avec un infirmier pour l'emmener dans le dortoir. TOUT DE SUITE !


La Stone fut d'abord surprise par la voix précipitée du directeur, elle eut un temps, pour pouvoir assimiler les choses, mais le "TOUT DE SUITE" lui revint en tête et la sortit de ses pensées, elle ouvrit tous les tiroirs fouillant dans les dossier de Jake, nan rien sur une femme au cheveux bleu. Ne trouvant rien, elle partit en courant, laissant son café sur son bureau. Ne croisant aucun infirmier, elle préféra choisir la voix rapidité et y aller seule, elle se retrouva dans le parc en train de courir avec ses talons, tout à coup elle tomba, elle s'était prise le pieds par une racine. 


Se relevant le plus vite possible, elle enleva ses chaussures et continua, elle arriva vers la fille au cheveux bleu et Jake Hill, les cheveux ébouriffé, des chaussure à la main et une partie du visage pleine de terre. À la regarder comme ça on pourra dire que c'est elle la bonne a interner. Puis en croisant le regard de la femme au cheveux bleu, elle la reconnut, c'était la bibliothécaire, elle l'avait croisée, avant le départ du vieux fossile qui dirigeait la bibliothèque.


Docteur je crois que...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 15

MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   Ven 20 Sep - 8:17


Les mots résonnèrent un moment à ses oreilles avant de trouver le chemin de sa pensée.

"Malade en fuite vers le Fort d'Isolement. Adélaïde Duval. Extrêmement violente et dangereuse ; n'a pas peur de mourir pour sa prétendue cause. Souci ici à régler, je te rejoins dès que c'est fait."

C'était un responsable. Peut-être un membre de la sécurité. Et la femme était dangereuse.
Tirant sèchement sur le bas de sa robe pour le remettre en place, les talons toujours fermement plantés dans l'humus Jeanne lança un regard aux arbres entre lesquels elle avait du disparaître.
Elle n'avait plus rien a faire ici elle non plus. Elle n'avait rien à faire nulle part d'ailleurs.
Un courant d'air passa sur ses jambes et l’électrisa. Le problème se réglerait certainement avec l'administration et le regard dur de celui qui lui faisait face lui soufflait que cela serait un bain de sang. Ses lèvres fermement closes eurent un rictus. Qu'il soit un gardien aggravait les choses. Abuser de sa position est vil et lâche. Cet homme était vil et lâche.

Elle tourna brusquement les talons. La terre molle déséquilibrait sa petite silhouette mais son pas était rapide.
Elle s'était éloignée d'à peine deux mètres lorsque la voix retentit de nouveau.

"Arrête tout ce que tu es en train de faire. J'ai une patiente aux cheveux bleus dans le parc. Trouve-moi en vitesse qui c'est et de quoi elle souffre et viens la chercher avec un infirmier pour l'emmener dans le dortoir. TOUT DE SUITE !"

Ses talons plantés dans les feuilles mortes obliquèrent rapidement, le volte face fut brutal.
Patiente ? Mais que se passait-il ici ? Quel était ce putain de foutoir ?
Derrière les boucles bleus les yeux noirs toisaient l'homme. Etait-il nécessaire de lui décliner sa fonction, d'expliquer son arrivé ? Certainement pas car de toute façon il semblait n'avoir aucun désir de discuter la situation. Ses ordres avaient été brefs, secs et plein de l'autorité de ceux qui pensent s'octroyer le pouvoir.

Aussi ébahissante qu'avait été la remarque, elle ne valait finalement pas la peine de s'arrêter. Les petits pas auraient repris si à cet instant, une jeune femme n'avait pas franchit la butte que Jeanne avait dévalée quelques minutes plus tôt. Ce bois était un boulevard et sa chambre avec vue sur la mer triste s'éloignait à chaque instant.
La poitrine de la jeune femme battait rapidement. Des traces sombres maculaient son visage et ses vêtements.

L'énergie disparu. La colère, l'optimisme, la peur, la gène, l'envie de rentrer, la chaleur des livres, la rage. Un grand vide se créa dans son ventre et tenta de l'aspirer tout entière vers l'intérieur.

C'était déraisonnable. Qui était cette femme ? Une internée de plus ? Pourquoi portait-elle ses chaussures à la main ? Leurs regards se croisèrent et Jeanne s'y tint avec désespoir.

Elle perdait pied. L'incompréhension et l'angoisse étaient trop grandes, le malaise grandissait. Seuls les yeux de la femme étaient nets, tout autours d'elle paraissait vouloir se faire la malle. Et c'était loin d'être le moment.

Docteur je crois que...

La bouche s'était ouverte et les sons estomaquèrent Jeanne lorsqu'ils prirent un sens. Mais le blackout recula. Un violente colère envers sa propre faiblesse la réanima et ses yeux chargés d'incompréhension se tournèrent vers le « Docteur ». Le dégoût y demeurait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[RP] Je compte jusqu'à trois et je souffle ta maison !


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cliff Heaven Mental Institute :: CHMI - Côté Patients :: Le Parc-